Pour un réseau international des musicologies francophones

Ce projet GDRI a pour ambition de fonder le premier réseau international de chercheur.e.s travaillant sur l’histoire, l’historiographie et l’épistémologie de la musicologie, envisagée dans son acception la plus large, telle qu’elle est et fut pratiquée dans l’espace francophone. Les partenaires du projet recouvrent une partie représentative des pays où la musicologie est pratiquée en langue française au sein de structures institutionnelles (Belgique, France, Liban, Québec et Tunisie). D’autres regards croisés seront également sollicités sous forme d’interventions ponctuelles, au sein de la francophonie (Suisse, Algérie, notamment) et en dehors (Allemagne, Italie, Royaume-Uni et États-Unis).

Premier congrès de la Société internationale de musique (SIM) en 1914

Le rôle historique qu’a joué la musicologie de langue française au moment de l’internationalisation de la discipline au début du xxe siècle et la circulation des savoirs dans les différents pôles de pratiques musicologiques francophones constituent autant de points d’observation privilégiés permettant un regard original sur son histoire et son évolution actuelle.

En rendant visible le passé des musicologies francophones, il s’agira en effet de s’interroger sur l’héritage historiographique et épistémologique et sur les pratiques du présent, afin d’engager une réflexion sur le devenir de la musicologie. Le projet Épistémuse a pour ambition de s’inscrire activement dans le dialogue international sur l’épistémologie de la discipline en proposant des narrations, des constats et des propositions alternatifs aux recherches parues depuis les dernières décennies. Ces dernières souffrent en effet bien souvent d’un ancrage trop étroitement resserré sur le courant dominant de la musicologie anglo-américaine qui a pu occulter la variété et la vitalité de pratiques musicologiques issues d’autres traditions de pensée. Il s’agira ainsi de combler non seulement les lacunes des musicologies francophones, mais également d’impulser de nouvelles directions à un niveau global.

La réflexion sera structurée en 5 grands axes :

  1. Acteurs et actrices des musicologies francophones : prosopographie et filiations
  2. Institutions et lieux du savoir : état des lieux et cartographie
  3. Objets, outils et frontières du savoir musicologique : approches épistémologiques et critiques
  4. Incorporation et production incarnée du savoir musicologique : la musicologie à l’œuvre à travers les pratiques musicales
  5. Circulation des personnes et des savoirs dans un contexte international : interpénétration et résilience

Ceux-ci donneront lieu à 3 types d’action : 1- la tenue d’un séminaire commun itinérant, 2- l’élaboration d’outils partagés (site web, bases de données, publications collectives), 3- la mise en place d’un partenariat privilégié dans le cadre de la célébration du centenaire de la Société française de Musicologie (automne 2017). Le projet permettra aux chercheur.e.s d’identifier les nouvelles perspectives à développer et à exploiter dans un contexte d’internationalisation et d’interdisciplinarité des pratiques de l’enseignement et de la recherche, notamment par la numérisation.

Le projet Épistémuse sera propice à une consolidation déterminante et à une pérennisation des coopérations entre ces partenaires (et pas seulement francophones). Au terme de quatre ans de travail collectif et d’élaboration d’outils, comme un portail web dédié, la constitution d’un GDRI aura favorisé un renforcement de la discipline et, de là, une multiplication des possibilités de projets communs formalisables dans le cadre d’appels à projets européens ou bilatéraux pluridisciplinaires.