• Appel à communications • Rencontre Épistémuse, 5e session : La musicologie francophone et la circulation des savoirs dans un contexte multiculturel : interpénétration et résilience

Palais Ennejma Ezzahra – Sidi Bou Saïd (Tunisie) / 10-11 septembre 2020

Dans le cadre du projet Épistémuse (http://epistemuse.huma-num.fr/), le Centre des Musiques Arabes et Méditerranéennes organise avec ses partenaires un colloque international consacré à la musicologie francophone dans un contexte multiculturel. Il s’agit de la 5e rencontre de ce réseau IRN (International Research Network) qui questionne l’évolution des pratiques musicologiques, leur écosystème et le rôle véhiculaire et/ou hégémonique de la langue dans la production scientifique. L’évolution de la pratique musicologique francophone, en parallèle avec celle germanophone ou anglophone, est-elle en relation avec l’histoire de la discipline elle-même, allant d’une musicologie de la Musique Occidentale et des autres musiques vers une musicologie de toutes les musiques ?

Le traitement de cette question s’articulera autour des points suivants :

  • L’évolution générale des pratiques musicologiques francophones abordant les musiques non-occidentales, en mettant l’accent sur les orientations actuelles ;
  • L’intérêt humaniste francophone vers les musiques non-européennes à partir du XVIe s., dans l’objectif de développer des théories universalistes ;
  • Les facteurs historique et historiographique de la mise en place au XIXe s. d’une Histoire Universelle de la musique, où la Musique Occidentale serait la plus évoluée ;
  • L’évolution parallèle des approches épistémologiques francophone et germanophone dans l’étude des musiques non-européennes, qu’elles soient liées à la lecture des textes théoriques de la musique ou à la collecte et à l’enregistrement des traditions vivantes ;
  • La progression des pratiques musicologiques francophones issues de la musicologie comparée, de l’ethnomusicologie ou de la musicologie générale.
  • La pratique de la musicologie francophone dans les pays partiellement francophones, notamment au sein de l’écosystème scientifique et pédagogique du Maghreb et du Moyen Orient (départements, laboratoires de recherche, associations musicologiques, sources de financement, structures d’édition, mécanismes de publication, etc.) ;


Les chercheurs souhaitant participer à cette rencontre sont priés d’envoyer un court résumé de leur communication à l’adresse epistemuse@cmam.tn. Les communications peuvent être en français ou en arabe. Une publication des actes est prévue à l’issue de cette rencontre.

Dates à retenir :

  • Dernier délai d’envoi des propositions : 4 juin 2020
  • Date limite de la confirmation de participation : 15 juin 2020
  • Dates de la Rencontre : 10 et 11 septembre 2020 au Palais Ennejma Ezzahra. Ces dates sont susceptibles d’être modifiées en fonction de la situation sanitaire.

Coordination : Anas Ghrab et Hamdi Makhlouf, avec la collaboration de Cécile Davy-Rigaux et Catherine Deutsch

Appel à communication, 5e session Épistémuse (v. arabe)

دعوة للمشاركة

الموسيقولوجيا الفرنكوفونيّة والتبادل المعرفي

في سياق تعدّد الثقافات

التداخلات والتكيفات

قصر النّجمة الزّهراء – سيدي بوسعيد 10-11 سبتمبر 2020

ينظّم مركز الموسيقى العربيّة والمتوسّطيّة مع شركائه في إطار مشروع إيبستيموز ندوة علميّة حول الموسيقولوجيا الفرنكوفونيّة في سياق تعدّد الثقافات. تمثّل هذه النّدوة الملتقى الخامس لشبكة البحث الدّوليّة التي تنظر في تطوّر الصّناعات الموسيقولوجيّة وعلاقتها ببيئتها وبدور اللّغة كعامل تناقل أو سيطرة في المجال العلمي. هل هناك علاقة بين تطوّر الموسيقولوجيا الفرنكوفونيّة، مقارنة بالجرمافونيّة أو الأنجلوفونيّة، وتطوّر العلوم الموسيقيّة من علم يختصّ بالموسيقى الغربيّة ويهتمّ ببقيّة الموسيقات إلى علم يقوم بدراسة جميع الموسيقات ؟

: ستتمّ دراسة هذه المسألة خلال النقاطات التّالية

التطوّر العام للموسيقولوجيا الفرنكوفونيّة في دراستها للموسيقات اللّا غربيّة مع التركيز على التوجّهات الحاليّة ؛

اهتمام الفلسفة الانسانيّة الفرنكوفونية انطلاقا من القرن السّادس عشر بموسيقات الشعوب الأخرى لوضع نظريّات شموليّة ؛

العوامل التاريخيّة والتأريخية التي أدّت خلال التّاسع عشر إلى كتابة تاريخ شامل حيث وُضعت الموسيقى الغربيّة في أعلى الهرم ؛

التطوّر الموازي للمقاربات الإيبستسمولوجيّة الفرنكوفونيّة والجرمانوفونيّة في دراسة الموسيقات اللّاأوروبّيّة سواء كانت مرتبطة بقراءة النصوص الموسيقيّة النظريّة أو الجمع الميداني أو تسجيل التقاليد الحيّة ؛


تطوّر الممارسات الموسيقولوجيّة الفرنكوفونيّة المنبثقة عن الموسيقولوجيا المقارنة، الإثنوموسيقولوجيا أو الموسيقولوجيا الشاملة

ممارسة الموسيقولوجيا الفرنكوفونيّة في البلدان التي تعتمد اللّغة الفرنسيّة كلغة أساسيّة وذلك في إطار النُّظم العلميّة والبيداغوجيّة بالمغرب العربي والمشرق (الكلّيّات والأقسام العلميّة، مخابر البحث، الجمعيّات، مصادر التمويل، مؤسّسات النّشر وآليّاته، إلخ.).


يرجى من الباحثين الراغبين في المشاركة إرسال ملخّص لمداخلاتهم على العنوان التّالي

epistemuse@cmam.tn

.تكون المداخلات بالعربيّة أو الفرنسيّة وسيقع نشر فعاليّات الملتقى على إثره مباشرة

: الجدول الزّمني

آخر أجل لإرسال المقترحات : 4 جوان 2020

تاريخ الملتقى : 10 و11 سبتمبر 2020 بقصر النّجمة الزّهراء. من الممكن إعادة النظر في هذا التاريخ إذا اقتضت التوقّيات الصحّيّة ذلك

التنسيق : أنس غراب – حمدي مخلوف، بمساهمة سيسيل دافي-ريقو وكاترين دوتش

Rencontre Épistémuse, 4e session, 5-6 décembre 2019 : L’expérience musicale, un objet de recherche entre musicologie et interprétation

Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, 209 Avenue Jean Jaurès, 75019 Paris

Le principe d’une musicologie appliquée remonte aux origines de la discipline au début du XXe siècle. Les musicologues avaient alors accompagné l’intérêt croissant pour les répertoires anciens en réalisant des éditions destinées à guider les interprètes, en organisant des concerts-conférences ou en dirigeant des ensembles vocaux ou instrumentaux spécialisés dans les musiques du passé.

Dès les années 1970, la musicologie anglophone a investi massivement le champ des performance practices. La musicologie francophone lui a ensuite emboîté le pas en contribuant à son tour à l’analyse de la performance, à l’histoire des conditions de l’interprétation musicale, à l’évolution des modes d’écoute ou encore à l’exploitation des enregistrements sonores.

Dans les deux dernières décennies, les conservatoires se sont saisis de la recherche artistique, que ce soit en mettant en place des doctorats, en créant des séminaires, en lançant toutes sortes de projets et en multipliant les publications. C’est cette profusion d’activités, que l’on constate autant dans les écoles supérieures d’art qu’à l’Université ou dans les centres de recherche, que la 4e session d’Épistémuse va explorer.

Voir le programme

Rencontre Épistémuse, 3e session : Actualités des lieux de savoir en musicologie, Bruxelles, 3-4 octobre 2019

Dans le cadre du projet du Réseau des musicologies francophones Épistémuse, le LaM, (Laboratoire de Musicologie – Université libre de Bruxelles) et le Séminaire de Musicologie (Unité de recherche Traverses – Université de Liège) organisent, avec le concours de l’IReMus (Institut de Recherche en Musicologie – UMR8223, Paris), deux journées d’étude consacrées aux actualités des lieux de savoir en musicologie.

Par « Lieux de savoir en musicologie », il faut entendre les champs et les espaces de l’expérience dans lesquels des individus, des musicologues et des laboratoires donnent sens au monde de la musique. Sont donc concernés les lieux de mémoire de la musique, lieux de conservation, les lieux de production du savoir (matériels ou virtuels) ainsi que les lieux d’enseignement de la musicologie.

On envisagera les pratiques de conservation des collections, la mise en réseaux des objets musicologiques et des savoirs, les tentatives de décloisonnement des musiques ainsi que l’évolution de la relation à ces lieux de savoir suite au tournant numérique et à la place prise par les amateurs et les mélomanes dans la construction de lieux de savoir virtuels. On accordera une attention particulière à la représentation des diverses disciplines du savoir musicologique — histoire des musiques savantes et populaires, ethnomusicologie ou organologie — dans le périmètre large du monde francophone. Ces journées d’échange sont organisées en cinq tables rondes.

Accès au programme des journées des 3 et 4 octobre 2019

3e Rencontres Épistémuse, Appel à communication et participation

Les troisième Rencontres du séminaire Épistémuse aura lieu à Bruxelles les 3 et 4 octobre prochains, à l’Académie royale de Belgique. Ces journées » porteront sur l’axe 2 du projet, et s’intituleront Actualités des lieux de savoir en musicologie.

Par « Lieux de savoir en musicologie », il faut entendre les champs et les espaces de l’expérience dans lesquels des individus, des musicologues et des laboratoires, donnent sens au monde de la musique. Sont donc concernés les lieux de mémoire de la musique, lieux de conservation, les lieux de production du savoir (matériels ou virtuels) ainsi que les lieux d’enseignement de la musicologie. On envisagera les pratiques de conservation des collections, la mise en réseaux des objets musicologiques et des savoirs, les tentatives de décloisonnement des musiques ainsi que l’évolution de la relation à ces lieux de savoir suite au tournant numérique et à la place prise par les amateurs et les mélomanes dans la construction de lieux de savoir virtuels. 

On accordera une attention particulière à la représentation des diverses disciplines du savoir musicologique – histoire des musiques savantes et populaires, ethnomusicologie ou organologie – dans le périmètre large du monde francophone (Europe, Amérique du Nord, Afrique et Proche Orient).
Ces journées d’échange seront organisées en cinq tables rondes portant sur  les sujets suivants : – Bibliothèques et archives. Conservation et dynamique des patrimoines musicaux- Musées, collections d’instruments. Objets et savoirs musicologiques Dématérialisation des lieux de savoirs en musicologie- Savoirs musicologiques et mondes académiques aujourd’hui. La vie de la recherche et les conditions de « production » des savoirs au XXIe siècle- Le rôle des amateurs dans la construction des savoirs
Nous attirons votre attention sur le format des interventions. Chaque table ronde acceuillera environ cinq intervenants réunis autour d’un modérateur. Si vous souhaitez participer, pouvez-vous nous présenter en quelques lignes votre proposition et l’expérience dont vous souhaitez rendre compte et dans quelle table ronde vous souhaitez être inscrit en nous renvoyant les informations demandées dans le fomulaire ci-dessous avant le 30 juin 2019 : 

Prénom et Nom : 

Institution : 

Sujet proposé (en quelques lignes) : 

Table ronde envisagée : 

Femmes musicologues francophones (II) : terrain et archive, Sorbonne Université (Paris), 20 et 21 décembre 2018

Les 20 et 21 décembre 2018 se tiendra la deuxième Journée d’études du projet Femmes musicologues francophones :

Femmes musicologues francophones (II) : terrain et archive
Focus sur des ethnomusicologues pionnières
 hommages à Michel Brenet (†1918) et Yvonne Rokseth (†1948)

Ces journées auront lieu jeudi 20 et vendredi 21 décembre 2018 au Centre Universitaire Sorbonne Clignancourt, 2 rue Francis de Croisset 75018 Paris, en salle R01 (rez-de-chaussé). Elles feront suite à une première manifestation sur le même thème organisée en mars 2016.

L’ambition de ce projet est d’étudier la présence des femmes dans la musicologie francophone, depuis l’essor de la discipline à la fin du xixe siècle jusqu’à la création des principaux cursus musicologiques dans les universités françaises à la fin des années 1960. Il aboutira à la publication d’un ouvrage collectif.

FMF 2 – Programme

Rencontres Épistémuse, deuxième session à l’Université Antonine (Liban) les 29 et 30 novembre 2018

La deuxième rencontre du séminaire international « Épistémuse » a pour thématique « Acteurs et actrices des musicologies francophones : prosopographie et filiations ». Elle souhaite contribuer à établir les fondements d’une archéologie de la discipline, en faisant apparaître les filiations et les réseaux nationaux et internationaux de formation et de collaboration, ainsi que l’émergence de structures institutionnelles publiques ou privées. En outre, l’enquête biographique sera ici pensée en lien étroit avec les pratiques musicologiques des individus et leur production de savoirs. Enfin, et du fait de sa localisation géographique, cette rencontre s’intéresse plus particulièrement à des musicologues et des musicographes francophones de l’Orient et du Maghreb.

Elle est coorganisée par l’IReMus et le Centre de recherche sur les traditions musicales, rattaché à la Faculté de musicologie de l’Université Antonine au Liban, avec le soutien de l’Agence Universitaire de la Francophonie et de l’Institut Français du Liban.

Programme des 2e Rencontres, Beyrouth

Rencontres Épistémuse, première session, Montréal, 20 et 21 septembre 2018

Lieu : FACULTÉ DE MUSIQUE – UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL
200 AVENUE VINCENT-D’INDY,
MONTRÉAL (QUÉBEC)
Salle B-420

MÉTRO ÉDOUARD-MONTPETIT

Programme :

L’OICRM accueille les deux premières journées d’étude consacrées aux frontières renouvelées de la musicologie dans le cadre de l’intégration des nouvelles technologies comme facteur de développement de l’interdisciplinarité.

PREMIÈRE RENCONTRE : Musicologies francophones : Nouvelles frontières disciplinaires et nouvelles technologies

La première rencontre Épistémuse offrira un espace de discussion sur la constitution et l’évolution du périmètre des musicologies francophones et sur les rapports qu’elles entretiennent avec les autres disciplines des sciences humaines et sociales (histoire, histoire de l’art, sociologie, ethnologie, anthropologie, psychologie, linguistique, sémiotique, études de genre, etc.), des sciences cognitives et des sciences exactes (mathématique, physique, acoustique, etc.) dans un contexte de développement des nouvelles technologies numériques.

Les présentations s’articuleront autour de trois thématiques :
1) Refonte des frontières disciplinaires d’une musicologie générale (incluant l’ethnomusicologie, les recherches cognitives sur la musique, la sociomusicologie, l’acoustique, la sémiotique musicale, etc.) à l’aune des nouvelles technologies : nouveaux objets, nouvelles méthodes.

2) Recherche en musicologie numérique : extraire, indexer, représenter et modéliser les données musicales.

3) La recherche-création en régime numérique : processus créateurs ; analyse et expression ; intégration des sciences à l’étude de l’interprétation et de la technique instrumentale, de l’informatique musicale à la biomécanique.

Accès au programme détaillé